fbpx
Flèches

CONTEXTE ET THÉMATIQUE CENTRALE

Les économies africaines rencontrent des difficultés à être compétitives et à suffisamment impacter les politiques sociales de santé et d’éducation par leurs performances. Considérant ce contexte et l’urgence de conduire des réflexions profondes et surtout de faire émerger des solutions pertinentes, concrètes et profitables aux différents acteurs économiques et politiques ; le Pro Meet Up and Learn (PML) a offert une plateforme d’échanges les 15 et 16 septembre 2021 à Douala au Cameroun sur le thème : « ZLECAF : comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays-membres ? ». Traduit en anglais par : « FREE TRADE AFRICA AREA : how financing and development of industry can support the growth dynamics of member countries ?».

Flèches

CONTEXTE ET THÉMATIQUE CENTRALE

Les économies africaines rencontrent des difficultés à être compétitives et à suffisamment impacter les politiques sociales de santé et d’éducation par leurs performances. Considérant ce contexte et l’urgence de conduire des réflexions profondes et surtout de faire émerger des solutions pertinentes, concrètes et profitables aux différents acteurs économiques et politiques ; le Pro Meet Up and Learn (PML) a offert une plateforme d’échanges les 15 et 16 septembre 2021 à Douala au Cameroun sur le thème : « ZLECAF : comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays-membres ? ». Traduit en anglais par : « FREE TRADE AFRICA AREA : how financing and development of industry can support the growth dynamics of member countries ?».

Flèches

DÉTAILS DES THÉMATIQUES

PLÉNIÈRE D'OUVERTURE

THÈME : ZLECAF : Comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays membres ?

AGRO-INDUSTRIE

THÈME : Comment transformer les systèmes agro-industriels afin de relever les défis de la ZLECAF ?

DIGITAL

THÈME : Comment optimiser le développement de l’industrie par le digital ?

Flèches

DÉTAILS DES THÉMATIQUES

PLÉNIÈRE D'OUVERTURE

THÈME : ZLECAF : Comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays membres ?

AGRO-INDUSTRIE

THÈME : Comment transformer les systèmes agro-industriels afin de relever les défis de la ZLECAF ?

DIGITAL

THÈME : Comment optimiser le développement de l’industrie par le digital ?

Flèches

le film de l'EDITION

Flèches

LE FILM DE L'ÉDITION

PORTUAIRE ET LOGISTIQUE

THÈME : Comment tirer parti du secteur portuaire et logistique pour le développement de la ZLECAF ?

MÉCANISMES DE LEVÉES DE FONDS

THÈME : Comment réussir sa levée de fonds ?

FINANCEMENT DES PME

THÈME : Quelles solutions de financement pour les PME malgré les freins structurels ?

PORTUAIRE ET LOGISTIQUE

THÈME : Comment tirer parti du secteur portuaire et logistique pour le développement de la ZLECAF ?

MÉCANISMES DE LEVÉES DE FONDS

THÈME : Comment réussir sa levée de fonds ?

FINANCEMENT DES PME

THÈME : Quelles solutions de financement pour les PME malgré les freins structurels ?

Flèches

DISCOURS D'OUVERTURE DE L'EDITION

Flèches

DISCOURS D'OUVERTURE DE L'EDITION

FINANCEMENT PAR PPP

THÈME : Partenariat Public-Privée : comment en faire un atout pour le développement réel des États ?

B.LEAD'HER

THÈME : Challenges and performance; tools to conquer !

B2B MINPMEESA - ENTREPRENEURS

Parallèlement aux ateliers et break out sessions, s'est tenu des rencontres B2B entre le MINPMEESA et 10 jeunes entrepreneurs.

FINANCEMENT PAR PPP

THÈME : Partenariat Public-Privée : comment en faire un atout pour le développement réel des États ?

B.LEAD'HER

THÈME : Challenges and performance; tools to conquer !

B2B MINPMEESA - ENTREPRENEURS

Parallèlement aux ateliers et break out sessions, s'est tenu des rencontres B2B entre le MINPMEESA et 10 jeunes entrepreneurs.

Flèches

KEY NOTES SPEAKERS

Flèches

KEY NOTES SPEAKERS

Mr. Gregor BINKERT,

Directeur Général à BD CONSULTING & INVESTMENT
Ancien Directeur Pays de la BANQUE MONDIALE

Mme. TOYIN F. Sanni,

Directeur Général EMERGING AFRICA CAPITAL GROUP

Mme. Magalie SWELLY,

Consultante en stratégie d’image et de communication Fondatrice MAGSWELLY AGENCY

Mr. Gregor BINKERT,

Directeur Général à BD CONSULTING & INVESTMENT
Ancien Directeur Pays de la BANQUE MONDIALE

Mme. TOYIN F. Sanni,

Directeur Général EMERGING AFRICA CAPITAL GROUP

Mme. Magalie SWELLY,

Consultante en stratégie d’image et de communication Fondatrice MAGSWELLY AGENCY

Flèches

QUELQUES INTERVENANTS

Flèches

QUELQUES INTERVENANTS

M. Achille BASSILEKIN III

Ministre des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie Sociale et de l’Artisanat

M. Olivier MEKULU MVONDO

Directeur Général CNPS

Mme. Gwendoline ABUNAW

Directeur Général Ecobank

M. Achille BASSILEKIN III

Ministre des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie Sociale et de l’Artisanat

M. Olivier MEKULU MVONDO

Directeur Général CNPS

Mme. Gwendoline ABUNAW

Directeur Général Ecobank

M. Stanislas ZEZE

PDG Bloomfield Investment Corporation

M. Handsome Brain NKWENTI

Directeur Général Prudential Beneficial Life Insurance

Mme. Sylvia NFONBA

Directeur Orange Business

M. Stanislas ZEZE

PDG Bloomfield Investment Corporation

M. Handsome Brain NKWENTI

Directeur Général Prudential Beneficial Life Insurance

Mme. Sylvia NFONBA

Directeur Orange Business

Pr. Jean-Emmanuel PONDI

Vice-recteur Université de Yaoundé II

Mme. Marthe Angeline MINJA

Directeur Général API

Dr. Simon Pierre OMGBA MBIDA

Ministre Plénipotentiaire, Sous-Directeur de l’Union Africaine / MINREX

Pr. Jean-Emmanuel PONDI

Vice-recteur Université de Yaoundé II

Mme. Marthe Angeline MINJA

Directeur Général API

Dr. Simon Pierre OMGBA MBIDA

Ministre Plénipotentiaire, Sous-Directeur de l’Union Africaine / MINREX

Mme. Carole MBESSA ELONGO

Directeur Général Adjoint Business Facilities Corporation S.A

Pr. TOUNA MAMA

Membre du Comité National de Suivi SND30 ; Conseiller Spécial n°1 du Premier Ministre

M. Lucien NDZOMO

Directeur Général Business Facilities Corporation S.A

Mme. Carole MBESSA ELONGO

Directeur Général Adjoint Business Facilities Corporation S.A

Pr. TOUNA MAMA

Membre du Comité National de Suivi SND30 ; Conseiller Spécial n°1 du Premier Ministre

M. Lucien NDZOMO

Directeur Général Business Facilities Corporation S.A

Mme.Valérie NEIM

Directeur Général BRAZZA TRANSACTIONS

Pr. Charles BINAM BIKOI

Promoteur du concept « Industradition »; Secrétaire Exécutif CERDOTOLA

M. Evariste ELUNDOU

Directeur Général MEDLOG; Expert en logistique

Mme.Valérie NEIM

Directeur Général BRAZZA TRANSACTIONS

Pr. Charles BINAM BIKOI

Promoteur du concept « Industradition »; Secrétaire Exécutif CERDOTOLA

M. Evariste ELUNDOU

Directeur Général MEDLOG; Expert en logistique

M. Nemesius MOUENDI MOUENDI

Vice Président Deloitte Afrique Francophone

M. Alain Blaise BATONGUE

Directeur des affaires institutionnelles et réglementaire Orange Cameroun; Président du Comité consultatif d'orientation PAK; Ancien Secrétaire Exécutif du GICAM

M. Michel LOBE EWANE

Directeur - Membre du conseil d'administration du Groupe Joseph Sassoon - Conseiller stratégique du bureau privé de H.H. sheikh al qassimi

M. Nemesius MOUENDI MOUENDI

Vice Président Deloitte Afrique Francophone

M. Alain Blaise BATONGUE

Directeur des affaires institutionnelles et réglementaire Orange Cameroun; Président du Comité consultatif d'orientation PAK; Ancien Secrétaire Exécutif du GICAM

M. Michel LOBE EWANE

Directeur - Membre du conseil d'administration du Groupe Joseph Sassoon - Conseiller stratégique du bureau privé de H.H. sheikh al qassimi

Mme. Yeside KAZEEM

Managing Director Prudential Beneficial General Insurance Cameroon

M. Jean Luc MATASKI

Economiste principal à la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies

M. Blaise ETOA

Directeur Marketing, Communication et Qualité chez Société Générale Cameroun

Mme. Yeside KAZEEM

Managing Director Prudential Beneficial General Insurance Cameroon

M. Jean Luc MATASKI

Economiste principal à la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies

M. Blaise ETOA

Directeur Marketing, Communication et Qualité chez Société Générale Cameroun

Flèches

PARTENAIRES DE L'EDITION 2021

Flèches

PARTENAIRES DE L'EDITION 2021

Merci de nous avoir accompagné !

Flèches

SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS

Flèches

SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS

Flèches

MÉDIA

Flèches

MÉDIA

Flèches

POURQUOI DEVENIR PARTENAIRE ?

Stimuler les synergies propices à de nouvelles opportunités d’affaires.

Rencontrer les acteurs du développement économique africain.

Participer à la construction des séances de travail portant sur des problématiques d’enjeux économiques majeurs.

Bénéficier d’une visibilité auprès de décideurs économiques de premier plan.

Flèches

NOTRE OFFRE PARTENAIRE​

Nous prenons le soin d’offrir à nos partenaires une très grande visibilité durant la Conférence, auprès des acteurs du développement économique africain de premier plan. Nos offres leur permettent, non seulement de participer aux débats, mais aussi d’entrer en contact avec des décideurs.

Flèches

POURQUOI DE VENIR PARTENAIRE ?

Stimuler les synergies propices à de nouvelles opportunités d’affaire.

Rencontrer les acteurs du développement économique africain.

Participer à la construction des séances de travail portant sur des problématiques d’enjeux économiques majeurs.

Bénéficier d’une visibilité auprès de décideurs économiques de premier plan.

Flèches

NOTRE OFFRE PARTENAIRE​

Nous prenons le soin d’offrir à nos partenaires une très grande visibilité durant la Conférence, auprès des acteurs du développement économiques africain de premier plan. Nos offres leur permet non seulement de participer aux débats mais aussi d’entrer en contact avec des décideurs.

CONTACTS

NEWSLETTER

CONTACTS

NEWSLETTER

Image1

...Vers une cohérence Africaine

Image1

...Vers une cohérence Africaine

THÈME : ZLECAF : Comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays membres ?

Flèches

THÈME : ZLECAF : Comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays membres ?

Flèches

Plusieurs expériences ont pu être partagées, notamment les actions déjà posées ou envisagées par le Gouvernement à travers le MINEPAT pour une meilleure prise en compte des opportunités qu’offre la nouvel.

Cette plénière a recommandé, entre autres, d’envisager la vulgarisation du traité de la ZLECAF en instituant un cours à ce sujet dans les écoles de commerce africaines. Elle a également permis, entre autres, de creuser l’étonnante mais prometteuse notion d’Industradition, développée par le Pr Charles BINAM BIKOI qui recommande le développement d’une industrie authentique africaine basée sur le respect et la normalisation de nos traditions. Afin de relever les défis cognitifs, paradigmatiques, théoriques et méthodologiques du développement pour l’Afrique.

THÈME : Comment transformer les systèmes agro-industriels afin de relever les défis de la ZLECAF ?

Flèches

THÈME : Comment transformer les systèmes agro-industriels afin de relever les défis de la ZLECAF ?

Flèches

Les principaux échanges ont permis d’esquisser les pistes d’opportunités suivantes :

• En réalité selon la formule chère à M BINKERT il n’y aura pas d’industrialisation en Afrique subsaharienne sans révolution de l’Agriculture. Cette dernière elle-même reposant sur la maitrise de la production des semences nécessaires. La plupart des pays industrialisés ont connu une révolution Agricole (chine dans les années 78).

• La nécessité de maitriser les biotechnologies pour booster le domaine stratégique qui est celui de la production des semences agricoles qui répondent aux besoins des consommateurs locaux et plus tard de la ZLECAF. Cette activité est très rentable mais l’Afrique fait figure de parent pauvre en la matière. Le secteur privé devrait saisir cette belle opportunité.

• Une fois la maitrise de la chaine de production des semences effective nous devons structurer et aménager les bassins de production agricoles sous formes d’AGRO-PARK (Exemple du Mozambique). Ces zones doivent être pensées de façon à coordonner toutes les activités de la chaine : Mécanisation des activités clés (mise à disposition des engins agricoles de location aux agriculteurs) ; Stockage ; Chaine de froid ou séchage ; chaine logistique pour évacuer les produits vers les zones de consommation et ou de transformation. Un accent devra être mis sur la production locale du packaging qui fait systématiquement défaut. Un partenariat publique-privé devra être envisagé pour structurer et aménager ces AGRO-PARK.

• Une fois les AGRO-PARK instaurés la labélisation des produits issus de ces bassins de production permettra de mieux les valoriser sur le marché. Cette labélisation permet également aux Agriculteurs de mieux contrôler les prix, contournant ainsi l’épineux problème de détérioration des termes des échanges vis-à-vis des marchés internationaux.

• L’Etat et le secteur privé pourraient également créer des bourses Agricoles pour mieux contrôler les prix des produits agricoles versus les places financières internationales.

• Nous devons promouvoir la création des banques Agricoles pour mieux porter les projets de notre révolution Agricole.

• L’Etat doit élargir son champ de mesures incitatives vis-à-vis des Multinationales en activité dans la ZLECAF pour encourager la production locale (substitution des farines de blé par des farines de manioc ou maïs par exemple).

• Les chambres d’Agriculture pourraient substituer aux nombreux programmes existants une forme de subvention de notre production agricole intensive.

THÈME : Comment optimiser le développement de l’industrie par le digital ?

Flèches

THÈME : Comment optimiser le développement de l’industrie par le digital ?

Flèches

Recommandations :

• Mise en œuvre d’un cadre technique approprié, formation et accompagnement des collaborateurs aux nouveaux usages numériques.

• Il y a le problème de la conservation des données qu’il faut résoudre, car la ZLECAF devrait avoir des serveurs dédiés à ses industries.

• Renforcement des équipements (fibre optique et autres) devant permettre une industrialisation à grande échelle.

• Formation de la ressource humaine sur la cybersécurité, la cybercriminalité, la criminalistique informatique.

• Actualisation des textes juridiques et formation des acteurs.

THÈME : Comment tirer parti du secteur portuaire et logistique pour le développement de la ZLECAF

Flèches

THÈME : Comment tirer parti du secteur portuaire et logistique pour le développement de la ZLECAF

Flèches

Recommandations :

• Le renforcement de l’infrastructure logistique intracontinentale. Le vecteur routier étant traditionnellement le plus sollicité pour les échanges intracontinentaux, le développement des réseaux routiers étatiques et inter-Etats est l’un des défis les plus importants à relever.

La construction de nouveaux tracés ferroviaires inter-Etat pour offrir d’avantages de solutions d’acheminement des produits entre les Etats, mais aussi leur accès direct aux plateformes portuaires.

• L’harmonisation de la règlementation en matière de sécurité routière et protection des infrastructures devra elle aussi être adressée (par exemple l’harmonisation des seuils de tolérance des charges aux essieux sur les corridors transnationaux).

• La facilitation des paiements. Les paiements inter-zones économiques pour des monnaies non convertibles devraient trouver solution afin de tirer profit de la dynamique de profondeur de marché qu’apporte la ZLECAF. Des paiements entre des acteurs camerounais et ivoiriens ou nigérians devraient pouvoir se faire beaucoup plus rapidement pour tirer profit du rapprochement des marchés et soutenir un niveau d’échanges élevé.

• La mise en œuvre d’un système d’information logistique unifié pour tous les acteurs de la ZLECAF. Ce système d’information pourra aussi permettre de réduire (ou simplifier) significativement les différentes étapes de validations requises dans les opérations logistiques de commerce extérieur. A titre d’exemple, un manifeste de navire devra être disponible en quelques heures, voire minutes dans le cadre d’une opération maritime entre le port de Pointe Noire et celui de Kribi ou de Douala.

• Autonomisation des places portuaires en ressources fondamentales. Les places portuaires devront être autonomes en énergie électrique, connexion Internet.

• Rendre les administrations disponibles 24h/24 dans les places portuaires. Faire travailler les administrations 24h/24 comme la majeure partie des acteurs des places portuaires

• Création des ports secs qui seront des extensions des places portuaires et qui permettront entre autres de résoudre une bonne partie des soucis liés aux tracasseries sur les corridors du fait que les opérations de transfert entre les ports conventionnels et ports secs seront sous le couvert direct des entités publiques que sont les ports, donc ces opérations seront à l’abris de la majeure partie des tracasseries décriées sur nos corridors.

• Création et mise en réseau les zones économiques spéciales africaines et en garantir l’interconnexion via des réseaux de télécommunication

• Faciliter l’émergence d’ARMATEURS AFRICAINS pour les opérations inter ports.



THÈME : Comment réussir sa levée de fonds ?

Flèches

THÈME : Comment réussir sa levée de fonds ?

Flèches

Au regard des points évoqués par chaque intervenant, nous pouvons retenir :

• Changer de manière de penser (Changer le mindset, Se faire noter, Ouvrir son capital aux amis et connaissances, Eviter la dette).

• Transparence dans la gestion

• Explorer d’autres moyens de financement non classique (Equity, Caution)

• Epargne (Penser aux options caution et garantie d’assurance).

THÈME : Quelles solutions de financement pour les PME malgré les freins structurels ?

Flèches

THÈME : Quelles solutions de financement pour les PME malgré les freins structurels ?

Flèches

Sur les obstacles à lever et les difficultés à relever par les PME pour obtenir les financements :

• Le manque de traçabilité sur le plan géographique (elles n’ont pas souvent d’adresse physique ou disparaissent facilement) ;

• Le manque de transparence sur le plan comptable et financier (la plupart n’ont pas d’historique de leur activité et de leur comptabilité) ;

• Le promoteur est souvent seul à tout faire et ne prévoit pas de plan pour assurer la pérennité de l’entreprise et encore moins la transmission ;



Sur la nécessité pour les PME de diversifier leurs modes de financement. Il faudrait :

• Adapter le financement en tenant compte des limites du crédit bancaire et des institutions de micro-finances (dont les taux sont usuraires) ;

• La nécessité d’amortir l’outil de production sur le moyen terme, ce que le type de crédit classique bancaire ne permet pas ;

• Accepter l’idée d’ouvrir la participation au capital social ;

• Explorer les possibilités qu’offre le crowdfunding ;

•Les PME ont l’alternative de l’affacturage, une technique qui pourrait les aider à être plus performantes et trouver plus aisément de l’argent pour leurs activités.



Sur les mesures mises en place par le gouvernement pour soutenir les PME :

• La création de la Banque des PME qui malgré ses limites apporte déjà beaucoup ;

• La mise en place du Centre de formalités et de création des entreprises ;

• La mise en place d’un compte d’affectation spéciale dans le budget de l’Etat pour soutenir les

PME. Les modalités de mise en œuvre de ce compte spécial sont encore à l’étude ;

• Dans le cadre de la coopération internationale et d’accords signés avec plusieurs institutions financières internationales le gouvernement a obtenu l’ouverture de lignes de crédit et des financement spécifiques pour les PME (Banque Africaine de développement, Banque mondiale, Agence Française de développement, etc).



THÈME : Partenariat Public-Privée : comment en faire un atout pour le développement réel des États ?

Flèches

THÈME : Partenariat Public-Privée : comment en faire un atout pour le développement réel des États ?

Flèches

Recommandations à l’issu des débats :

• Investissement dans la culture, le domaine est immensément utilitaire et générateur de revenus ;

• Question fiscale : ni culpabilisation ni repoussoir, au contraire, il faudrait simplement une cohérence générale dans la politique des PPP, notamment les plans nationaux de PPP ;

• Régler de manière rigoureuse la question de la Traçabilité des fonds PPP, afin d’éviter le blanchiment d’argent ;

• Sur la question des investissements dans les secteurs administratifs et sociaux, les diligences pourraient être faites par le CARPA (dont la structure du comité de pilotage serait modifiée pour remplacer les simples représentants des diverses administrations par de véritables spécialistes de PPP), et les services du Premier Ministre.

THÈME : Challenges and performance ; tools to conquer !

Flèches

THÈME : Challenges and performance ; tools to conquer !

Flèches

Il s’est agi d’un échange dynamique et de partage d’expériences entre les femmes et une poignée d’hommes qui a insisté pour y participer.

Au regard des points évoqués par chaque intervenante, nous pouvons retenir :

• Vision

• Passion

• Résilience

• Audace

Rencontres B2B entre le MINPMEESA et 10 jeunes entrepreneurs.

Flèches